Le Vol libre à Chamonix


Réglementation                                        Conseils des secouristes en cas d'accident 

Balises météo dans le massif du Mont Blanc                   Aérologie, Pays du Mont Blanc
               Stages SIV               Forum Vol libre


Retour "Vol libre à Chamonix", Vidéos et Photos         


* Le tour du Massif du Mont Blanc en Parapente par Rémi (chx974)

Message


chx974
Hier à 19:17


Pilote : Rémi.B

Date : 19/08/2012, Voile : Peak 2
Rémi
                                      Bourdelle
Avec la canicule annoncée pour 3 jours et 33-34°C prévus, il y avait beaucoup de monde à Chamonix pour tenter l’ascension du Mont Blanc par les airs. Le samedi 18 août 2012, en regardant l'émagramme avec mon Frère Adrien et mon oncle Hugues, nous pensions que le vol au Mont-Blanc ne serait pas possible avec des plafonds théoriques à seulement 3200m.
Nous sommes allés voler au départ de Planpraz en début d’après midi sans vraiment y croire. Les conditions étaient bien thermiques et toniques avec des plafs à 3100m au dessus du Brévent. Il y avait des grappes de pilotes en l’air et de nombreuses tentatives infructueuses pour traverser en direction des arêtes du Tricot. C’était comme une compétition improvisée.
Après 2h de vols et s’être fait bien secouer à « Bel hachoir » (Belachat), nous avons rebroussé chemin vers 14h30, persuadés que ça ne valait pas le coup d’insister et nous sommes allés faire un pingpong pour nous détendre !
Entre deux balles, nous surveillons la progression des ailes à la jumelle. Tiens, ils sont à Bionnassay, mais ça n’a pas l’air de monter plus haut.
Or vers 17h, je vois quelques points au dessus du sommet ! A la jumelle, ce sont bien quelques parapentes en train de faire du Soaring...Argh !!!!!
Partagé entre les sentiments d’envie (et oui un petit pêcher) et de colère de ne pas y être, je me fixe l'objectif de poser au Mont-Blanc le lendemain.

Mon oncle est allé à l’atterrissage du bois du Bouchet pour recueillir les témoignages des heureux pilotes. Heureux oui, mais quel enfer ! Tout le vol s’est fait sous le vent des arêtes dans les turbulences. Beaucoup ont fait un plaf à 4800m, à portée du sommet sans pouvoir l’atteindre. Quelques uns ont forcé le passage et réussi à finir en soaring coté au vent. Une petite dizaine de pilotes ont posé.

Premier enseignement : Les plafonds théoriques de l’émagrammes et les conditions rencontrées en montagnes sont bien différentes ! Les faces Sud des arêtes du Tricot et du Brouillard coté Italien chauffent bien !
Le lendemain les conditions annoncées sont meilleures encore avec des plafonds à 3800m, moins de vent et surtout mieux orienté (Sud-est). Par contre, la masse d’air est stable en dessous de 2000m
C’est décidé, demain je pose au Mont Blanc ! Vers 21h après avoir bien analysé les conditions, il est temps de préparer le plan de vol. Il s’agit de contourner la zone d’interdiction active en juillet et en août. Deux options sont possibles :
La première est de partir de Champex en Suisse et de passer par l'Italie, mais avec le vent de Sud-est annoncé en altitude, ça ne va pas être facile de rejoindre les faces Sud du versant du Mont-Blanc. En effet, il faudrait transiter face au vent pour les atteindre et vu la distance à parcourir, le risque est grand de poser coté Italien dans des zones pas vraiment accueillantes…
La seconde option consiste à décoller de Planpraz (C’est plus cool pour nous !) et de passer par Bellevue, les arêtes du Tricot avec une ascension par l’aiguille de Bionnassay, le dôme du Gouter ou les arêtes du Brouillard avant le sommet.
Je retiens donc la 2ème option.

Le 19 Août 2012 à 13h30 j'arrive au décollage de Planpraz, on aurait dit une manche de coupe du Monde avec plus de 200 pilotes présents, la plupart venus d'ailleurs avec cette envie, tout comme moi de poser sur le toit de l’Europe.
Nous avons observé les premiers pilotes décoller et attendu que ça monte franchement avant de décoller. Je me mets en vol à 14h09. Sans trop traîner, je fais un plaf au dessus du Brévent à 2900m. Je vois une grosse grappe se former entre Belachat et l'Aiguillette des Houches, je me précipite pour y refaire un maxi-plaf à 3200m avant de me diriger vers le col du Tricot.
La transition est rude face au vent de Sud-est qui m’empêche d'avancer et dégrade ma finesse sol. J'arrive plutôt bas à 2100m au niveau du Mont Vorassay. Il est alors 14h50. Là il va falloir jouer serrer pour s’extraire à nouveau. Je fais des "8" pour optimiser la montée dans la stabilité des basses couches, afin de raccrocher au plus vite l’arête du Tricot. Je passe et mon frère aussi, ouf ! Mon père, qui a décollé en même temps, arrive plus bas dans la couche stable et pose à St Gervais.

Après avoir atteint le Tricot à 3400m, je décide de transiter vers l’Aiguille de Bionnassay. La transition est assez facile dans cette zone très généreuse en thermiques. Arrivé au Col, j’aperçois le coté Italien. Je suis d’abord très impressionné par le paysage sauvage, vertigineux et inhospitalier de ce domaine du massif, mais je garde à l’esprit mon objectif.
Impressionné lui aussi, mon frère s’arrêtera là. Je continue et prends un thermique qui m’amène à 4400m au dessus de l'Aiguille de Bionnassay. Je me lance enfin sur le versant Italien, au niveau du Dôme du Goûter. Là, je sens qu'il ne me reste plus grand chose à faire et que le but est tout proche !! Je suis seul à ce moment là et je ne sais pas trop comment exploiter la masse d'air. Finalement, je passe par toutes les crêtes en appui dynamique jusqu’au moment où j’ai aperçu la face ouest Italienne du Mont-Blanc. Très euphorique d’y être arrivé, je pose dans la foulée à 15h40.

Une fois posé sur ce magnifique sommet, j'appelle une grande partie de ma famille, mes amis… Je mitraille de photos ce paysage sublime pour immortaliser l’événement.
L’objectif est atteint, mais j'ai une folle envie de continuer ce vol magique ! Et pourquoi pas en réalisant le tour complet du massif du Mont-Blanc dans le sens inverse de ce qui ce fait habituellement ? Après avoir analysé le trajet à parcourir, je décide de redécoller. Il est 16h30. Je dois m'y prendre à plusieurs reprises et le manque d’oxygène m’essouffle rapidement à chaque essai. J’y parviens au bout de la 7ième tentative. Pour me reposer et profiter encore un peu du paysage magnifique, je me fais un peu de Soaring sur cette belle face transformée pour l’occasion en Dune du Pyla à 4810m !
Après 20 minutes, je transite sur le Mont-Blanc de Courmayeur avec un plaf à plus de 5000m, puis je prends la direction de la Dent du Géant. A ce moment du vol, je me suis dit que si je devais échouer ce serait en Italie ou en Suisse avec à la clé une rando plutôt longue !!

Un nouveau choc visuel s’offre à moi, celui la Mer de Glace dans son intégralité, avec en prime tous les glaciers adjacents. Cette vue du coté Italien est toute nouvelle pour moi.
Arrivé au dessus de la Dent du Géant à 4200m, je continue vers les Grandes Jorasses où je trouve un thermique bien large et généreux à +2m/s. De ce point de vue, l’Aiguille verte et les Drus me paraissent vraiment petits et se fondent dans la masse des sommets avoisinants. Je continue le long de la zone de restriction en direction de la Suisse.
Au survol du Mont Dolent, j’ai un moment d’hésitation. En effet, si je mets le cap sur l’Aiguille d’Argentière en restant coté Suisse, je vais être sous le vent… Mais perspicace, je prends quand même cette option et c’est la bonne, car je ne ressens quasiment aucune turbulence mais plutôt une faible tendance de vent arrière.
Je dois avouer qu’en arrivant sur l’aiguille d’Argentière et en repassant coté Français vers 18h10, j’ai un gros soulagement, qui me donne le sentiment que tout est à portée de main pour la suite du vol. Avec encore une altitude de 4110m, je décide de transité sur l’Aiguille du Chardonnet. J’ai alors une vue sur l’immense glacier du Tour, qui est de loin mon préféré à contempler. Il donne vraiment l’impression d’épaisses couches de glace qui englobent toute la surface.
A ce moment du vol j’hésite entre partir vers le Col de Balme ou bien vers l’Aiguille Verte. Finalement je me suis dit que ce n’est pas tout les jours que j’aurais l’occasion de faire un autre sommet à plus de 4000m. Je survole donc le glacier d’Argentière en direction des Drus, mais je butte à 50m sous la Verte ! Il y a une sorte de couche qui m’empêche d’atteindre le sommet. J’insiste et finalement après 20min de persévérance, j’arrive enfin à faire glisser l’ombre de ma voile sur le sommet enneigé. J’aperçois un gros cumulonimbus bien au loin vers l’Italie. Je le garderai du coin de l’œil durant le reste du vol.
Deux nouvelles opportunités s’offrent à moi, la première est de rentrer à Chamonix avec suffisamment de gaz pour faire un peu d’acrobatie et la seconde consiste à faire un dernier crochet tranquille vers le Col de Balme. Étant un peu dans le gaz du fait d'être resté plus de 3h au dessus de 4000m, je me dis qu’il serait plus raisonnable de privilégier le vol calme. Je mets donc le cap sur le col de Balme.
Au moment où je commence la transition en quittant la Verte, je sens de suite que je passe sous le vent. Je me fais légèrement appuyer, mais avec une vitesse accrue par le vent météo, le taux de chute reste correct. J’arrive au dessus de la station du Tour à 19h03 et décide de faire demi-tour, car la rentrée au « goal » va être délicate avec un vent de face à 15km/h environ. Sur le glide final, la vue est assez prenante. Coté Aiguilles rouges, tout est à l’ombre. On y voit une zone toute floue. A l’inverse du coté de la Mer de Glace, tout est net et très bien éclairé. Le contraste est saisissant.

Finalement à 400 m sol, je rencontre une inversion de vent qui descend la Mer de Glace et me pousse vers Chamonix.
J’atterris tout gazé à 19h34 au Bois du Bouchet encore peuplé de nombreux pilotes. Je n'en reviens pas du vol que je viens de faire, si fort en émotions et plein d'euphorie. Ma famille m’attendait et nous avons pris des photos souvenir. Durant la soirée, j’ai ressenti un mal de tête assez marqué, dû sans doute aux effets de l’altitude.

Sur le tableau des statistiques, je suis le plus jeune parapentiste de 20 ans qui à posé au Mont-Blanc et le premier Réunionnais. Bref c'était une journée unique.                         
Retour vidéo et photos                                        Dialogues et photos à voir sur le forum

Le vol de Adrien Bourdelle (ParapenteFFVL› vols › Les Gratte-ciel ›)

J'ai choisi ce vol en particulier (parmi les vols de chacun) pour illustrer le traçage GPS sur une carte, parce-que c'est Adrien (le frère de Rémi ci dessus) qui m'a offert mon premier vol en parapente biplace aux Grands Montets.

Regardez cette carte, en grossissant l'image.
Tous les enroulements, c'est impressionnant !
C.F.D. 2012-2013 :
Le vol de Adrien BOURDELLE du 17/07/2013

Adrien Bourdelle



"Adrider"
"Aujourd'hui super vol au Colimaçon (ile de la Réunion) dans des conditions fumantes, sans vent, que du bonheur ça fait plaisir.

Déco : Colimaçon
B1 : un peu au nord du déco de Bellemène sur la ravine
B2 : Avant l'antenne du Plate dans les hauts de St Leu
Attero : Hermitage

47km avec 2 points de contournements, 41,5km en triangle FAI, 49,85 pts.
Un voile nuageux d'alto-cum en fin de journée ne m’encourage pas à continuer dans le sud, j'ai choisi de faire demi tour.
Tant pis ça sera pour la prochaine fois".



Le GPS :
Devenu obligatoire en compétition, puisque c'est sa trace qui sert à valider les parcours des compétiteurs, il indique également la position des balises (ou point de contournement) que le compétiteur doit passer à l'image des bouées dans les régates nautiques. Relié à un alti-vario il permet également d'obtenir des données tactiques, comme par exemple l'altitude minimum à atteindre pour pouvoir atteindre la prochaine balise en plané ou la ligne d'arrivée.

En dehors de la compétition le GPS permet de connaître sa position, ce qui peut-être très utile lors de récupération en pleine campagne, ou s'avérer vital en cas de déclenchement de secours. Il permet également de connaître sa vitesse par rapport au sol et d'en déduire la vitesse du vent.

De façon plus anecdotique le GPS permet en déchargeant ces traces sur un ordinateur de partager ces vols avec d'autres pilotes ou bien de revivre ses vols, au chaud, devant son ordinateur, d'analyser ses options tactiques et de préparer ainsi les prochains vols.

Le Variomètre :

Il indique (grâce à la mesure des différences de pression) la vitesse verticale (en mètres par seconde). Cela permet de savoir si l'on monte ou si on descend et à quelle vitesse. En effet, nous ne percevons que les accélérations, d'après le Principe fondamental de la dynamique. Ainsi, lorsque le pilote s'éloigne du relief ou qu'il traverse une zone turbulente, il discerne difficilement s'il monte ou s'il descend, et l'instrument devient fort utile.




Stages SIV

Mon Stage SIV 2013, avec une Mantra 4, Pilote : Adrien B.
SIV orienté décrochage et vrille a plat.
Ecole : Flyeo, Annecy / Doussard, le 25/06/2013
Moniteur : Tony


Mon 1er stage SIV avec Flyeo à Annecy avec une Sigma 7 le 05/06/12

Moniteur : Anthony
Pilote : Rémi B.
(Désolé pour le son qui bug sur la fin...)
STAGE SIV / PILOTAGE, LA SPECIALITE DE FLYEO

Flyeo est réputée pour ses stages de Simulation d'Incidents de Vols (ou SIV),
organisés au printemps et à l'automne en milieu sécurisé au dessus du lac d'Annecy. Suite...


Deco ML5 Adrien à Planpraz from Adrider



Les pratiques du Vol libre (Speed-Riding, Parapente...)ont autorisées dans la vallée de Chamonix. Elles sont réglementées par arrêté municipal. complété en février 200
Réglementation

Le présent règlement préconisé par la FFVL, définit les conditions de pratiques de ces disciplines sur le domaine skiable des stations (accessible par gravité depuis le sommet des remontées mécaniques). La réglementation s'applique aussi aux secteurs de grands hors pistes non conventionnés.


Certaines stations ont strictement interdit la pratique par arrêté municipal.


• Assurance responsabilité civile aérienne obligatoire : seule la FFVL reconnaît et assure aujourd'hui le speed riding (RCA parapente) et le snowkite.

• Le port du casque est obligatoire.

•La pratique n'est tolérée que sur certains secteurs hors pistes.

• Toute pratique (décollage, ski sous voile, atterrissage ou gonflage?) doit se faire impérativement en dehors des pistes balisées (y compris quand les pistes sont fermées).

• Survol de pistes à 50 m minimum : le pilote doit à tout moment pouvoir se poser hors piste.

• Priorité aux skieurs avec une distance minimale de 50 m.

• Obstacles construits (remontées mécaniques, lignes électriques...) :

- En vol distance minimum horizontale et verticale de 50 m.
- À ski sous voile distance minimum de 20 m.

- Passage sous obstacles interdit.


• Utilisation des remontées mécaniques :

la voile doit être soigneusement rangée afin d?éviter tout désagrément (sac de contention recommandé).


• Règles de vol à vue :

- Décollage interdit après l'heure légale du coucher du soleil.

- Visibilité minimale : 1 500 m.

- Rester hors des nuages.


• Règles de priorité entre speed riders :

- Priorité au pilote aval.

- Priorité à droite.

- Dépassement par la droite.

- Le pilote dépassé a la priorité.


En cas de doutes sur une zone autorisée, les conditions avalancheuses, etc., ne pas hésiter à se renseigner auprès du service de sécurité des pistes.

Le développement, la réglementation et l'avenir de ces nouvelles disciplines du vol libre dépendent de vous.


Les remontées mécaniques et les municipalités ont pouvoir d'interdire toute pratique sur les secteurs accessibles par gravité au départ des remontées

mécaniques.


Votre comportement sur les secteurs hors pistes autorisés en station comme sur les grands hors pistes et terrains d'aventure conditionnera l'avenir de nos sports favoris.


Soyez solidaires et responsables.



Speedriding - zone pour débutants et apprentis

Grands Montets

    Les pentes du Glacier du Rognon
    Combe de la Pendant secteur de gauche, atterrissage au bas de la combe près des chalet d'alpage de la Pendant, ou encore plus bas, après la forêt au Lavancher, au plus loin des pistes de ski de fond.

Le Tour / Balme

    Sur la gauche de la piste du Chatelet, atterrissage entre La gare de Charamillon et les pistes de la Vormaine.
    Sur la droite de la piste des Posettes, au plus loin du téléski. Atterrissage en dessous de ce téléski.

Zones de speedriding

    Brévent / Flégère
    Face ouest du Brévent
    Couloir de l'ENSA
    Couloir Belin
    Pentes de l'Hôtel, atterrissage sur la gauche de la piste bleue des Blanchots
    Combe Lachenal, départ sur la droite de la piste, sous la combe du col de la Glière, atterrissage au pied de l'Aiguille Pourrie à droite du bas de la combe Lachenal.

Zones de kitesurf


    Le Tour / Balme - seulement sur le secteur des Posettes
La Chamoniarde, Office de Haute Montagne.

Les conseils des secouristes en cas d'accident

♦ Intervention de l'hélicoptère

- Faire évacuer les autres voiles au sol ou en l'air. Stopper les décollages.
- Protéger les lieux du souffle de l'hélicoptère (replier et ranger la ou les voiles, neutraliser l'ouverture du parachute de secours, arrimer sacs, casques, vêtements, manches à air...)
- Définir la position du point d'atterrissage de l'hélicoptère à plus de 50 m du blessé et sur une surface de 30 m / 30 m minimum.
Le marqueur qui guide l'hélicoptère doit porter lunettes et casque. Il doit se tenir debout les bras en V au-dessus de la tête, dos au vent, puis accroupi.
- Rappeler aux secouristes la présence éventuelle du parachute de secours sur la sellette du blessé.

♦ Prévention accident et secours

- Pour faciliter les secours équipez-vous : d' un GPS, de maillons automatiques, d'une bobine de suspente de 25 m (pour faire monter une corde en cas d'arbrissages...).
- Pour limiter les dégâts en cas d?accident : équipez-vous d?éléments de protection passive : une sellette à protection dorsale, de bonnes chaussures montantes, d?un casque intégral homologué, d?un parachute de secours...

♦ En cas d'accident, donner les informations suivantes :

Qui • votre nom + numéro d'appel Pourquoi • nature de l'accident
• nombre de victimes
• gravité (conscient...)
Où • lieu
• altitude
• exposition
• versant
• coordonnées GPS
• réf. géographiques Quand • heure Météo • vent
• visibilité Protéger • soi-même
• la victime
• les autres

N° d'alerte France : 112

PGHM : 00 33 (0)4 50 53 16 89
Italie - Val d'Aoste : 118
Suisse Valais : 144
Canal Emergency : 161.300
FFVL : 143 987.5
Secours Alerte Mont Blanc : 154 462.5
* Source : OHM

Balises météo dans le massif du Mont Blanc.

Utile, en particulier pour tous les adeptes du Parapente et du Speed Riding.


Balise météo de Charamillon
Balise météo du Brévent

Cliquer sur les historiques pour voir l'évolution.

Aérologie, Pays du Mont Blanc.

Aérologie

La station météo de Haute-Savoie se trouve à Chamonix. Les prévisions sont généralement bonnes et complèteront votre analyse :
Météo France - Tél. 08 92 68 02 74,
balise météo FFVL :143.987,5 MHz météo vol libre
L'ensemble des balises FFVL installées sont consultables :
: www.balisemeteo.comsur serveur vocal : 04.56.38.60.80

♦ Particularités au Pays du Mont-Blanc

Le Pays du Mont-Blanc comprend des vallées glaciaires encaissées et bordées de hauts sommets qui rendent l'aérologie très particulière.
On observe de forts contrastes thermiques, les ascendances sont généreuses et peuvent être très puissantes, donc turbulentes.
C'est le paradis pour les départs en cross !
Les brises thermiques, dans l'après-midi, peuvent forcir jusqu'à 30 km/h mais restent le plus souvent de 20 à 25 km/h. Elles sont sensibles jusqu'à 2500 m, parfois 3000 m.
En règle générale, le vol dans la région est à proscrire quand il y a du vent météo annoncé supérieur à 20 km/h à 2000 m. Il devient alors très technique de voler. Il est prudent de porter son choix sur les sites les plus protégés comme Plaine Joux.
Seuls des pilotes très expérimentés pourront se mettre en l'air dans des conditions qui seront obligatoirement très turbulentes.

♦ Le Foehn

Le foehn souffle régulièrement dans les vallées du Pays du Mont-Blanc. De manière générale, la situation météo correspond à un flux de sud en altitude (de sud à est/nord-est), des hautes pressions sur le versant italien, des basses pressions côté français. L'observation du ciel reste le seul moyen d'analyser ou d'estimer le milieu ambiant.
Analyser les conditions de foehn :
Présence de vent de secteur sud, en altitude, sur les sommets du massif du Mont-Blanc.
Présence de nuages lenticulaires au-dessus des sommets ou de la vallée.
Observation des nuages sous l'aspect de vagues ondulées, de mur de foehn, ou d'écharpes s'élevant le long des crêtes en provenance d'Italie ou de Suisse.
Présence de vent en basse couche : rafales jusqu'à force 10 ou seulement un souffle d'air (plutôt chaud et sec) qui descend la vallée à l'inverse des brises thermiques.
Mais le foehn n'est pas toujours perceptible au sol. De petites rafales ne peuvent être sensibles que sur une couche entre 1400 m et 1800 m. Il peut être présent même avec un vent assez faible en altitude de l'ordre de 20 km à 4000 m et sans nuages qui matérialiseraient sa présence.

Soyez vigilant et ne succombez pas à l'appel des sirènes !
Source : OHM

Retour "Vol libre à Chamonix", Vidéos et Photos